Les employés des hôpitaux du Nouveau-Mexique protestent contre les mandats de vaccination

[ad_1]

Environ 150 personnes ont manifesté vendredi devant le Capitole de l’État du Nouveau-Mexique, exigeant la fin des mandats de vaccination pour les travailleurs de la santé.

De nombreux manifestants se sont identifiés comme des travailleurs hospitaliers – des infirmières, des infirmières auxiliaires et des employés de bureau. Les autres participants comprenaient des agents correctionnels, des retraités et des enfants de travailleurs de la santé.

Un mandat de l’État exige que les infirmières et autres travailleurs dans des environnements à haut risque se fassent vacciner, et certains hôpitaux ont leurs propres mandats.

« Je pense que le vaccin est nocif », a déclaré l’infirmière auxiliaire Katrina Philpot, qui faisait du piquetage le long de la route à l’extérieur du complexe du Capitole avec une pancarte indiquant « Les travailleurs de la santé méritent des droits ».

Philpot a déclaré que l’hôpital dans lequel elle travaille à Rio Rancho exige qu’elle soit vaccinée avant le 27 août ou qu’elle soit licenciée. Elle craint de ne pas pouvoir bénéficier d’exemptions médicales ou religieuses au mandat.

Les employés de l’État, y compris les gardiens de prison, sont tenus de se faire vacciner ou de se soumettre à des tests hebdomadaires. Au moins un gardien de prison a poursuivi l’État pour le mandat.

Les conducteurs solidaires klaxonnaient en passant, tandis que ceux qui désapprouvaient criaient après le groupe.

En vertu de l’ordonnance de santé publique lancée plus tôt cette semaine, tous les travailleurs des hôpitaux du Nouveau-Mexique et des établissements de soins collectifs doivent être entièrement vaccinés, à quelques exceptions près. La Californie et Washington ont émis des mandats similaires.

Les travailleurs qui bénéficient d’exemptions devront toujours fournir la preuve d’un test COVID-19 négatif chaque semaine.

Le Nouveau-Mexique a devancé les États voisins en matière de vaccination. Environ les deux tiers des résidents de 18 ans et plus ont été entièrement vaccinés, mais les responsables de la santé de l’État ont averti que les preuves montrent que les personnes vaccinées peuvent toujours être infectées et propager le virus.

Les dernières données fournies par l’État montrent qu’il y avait au moins 2 866 cas de percée au 9 août.

Au total, plus de 223 000 infections ont été signalées depuis le début de la pandémie.

Les responsables fédéraux appellent également les gens à recevoir des injections de rappel huit mois après que les gens aient reçu leur deuxième injection du vaccin Pfizer ou Moderna, affirmant que des signes indiquent que l’efficacité des vaccins diminue avec le temps.

Les législateurs de l’État républicain et d’autres au Nouveau-Mexique ont fait part de leurs préoccupations concernant les mandats du gouverneur, notamment celui qui exige que les participants à la prochaine foire de l’État du Nouveau-Mexique présentent une preuve de vaccination. Les groupes agricoles affirment que le court préavis pourrait empêcher certains adolescents de participer à l’exposition annuelle du bétail junior.

La représentante des États-Unis, Yvette Herrell, seule déléguée républicaine du Nouveau-Mexique, et d’autres hauts responsables du GOP ont envoyé une lettre au gouverneur demandant que les personnes soient autorisées à assister à la foire si elles sont testées négatives pour COVID-19. Ils ont noté que de nombreuses personnes, en particulier les enfants des zones rurales, ne pourront probablement pas recevoir leur deuxième dose à temps.

« Il est déraisonnable et dur de demander aux familles de choisir entre des décisions médicales non désirées et le travail acharné de leur enfant », a déclaré le sénateur d’État Gregory Baca de Belen. « Nos familles rurales qui travaillent toute l’année pour montrer à la foire d’État méritaient d’être incluses dans cette décision. »

[ad_2]

Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*