Le Nevada exigera des vaccins pour les agents de santé et les gardiens de prison

[ad_1]

CARSON CITY, Nevada – Les responsables du Nevada ont voté vendredi pour exiger que les employés de l’État qui travaillent dans les établissements de santé et les prisons se fassent vacciner contre le COVID-19 ou fassent face à un congé administratif ou à une réaffectation.

Comme d’autres exigences édictées pour contenir la résurgence du virus, le mandat est déjà devenu un paratonnerre politique et sujet à des accusations de dépassement du gouvernement dans un État où plus d’un tiers de la population de 12 ans et plus n’a pas reçu de première dose de vaccin.

Lors d’une réunion d’urgence convoquée par le Nevada Board of Health, les responsables ont déclaré que leur intention était de limiter la propagation du virus parmi les populations vulnérables et d’augmenter le pourcentage de la population vaccinée. Les exigences entreront en vigueur le 1er novembre pour les employés des prisons et des établissements de santé qui ne sont pas admissibles aux exemptions religieuses ou médicales. Les membres du conseil n’ont pas précisé à combien d’employés le mandat s’appliquerait.

Obtenez 4 semaines de soins de santé modernes pour 1 $.

La décision intervient un jour après que le président Joe Biden a ordonné de nouvelles exigences fédérales en matière de vaccins pour des groupes comprenant des employés du secteur privé et des travailleurs de la santé fédéraux afin d’augmenter les taux de vaccination et de freiner la propagation alimentée par les variantes du virus résurgent. Le décret présidentiel s’appliquera à environ 80 millions de travailleurs dans des entreprises qui emploient plus de 100 personnes et à 20 millions d’employés et de sous-traitants fédéraux, y compris dans les établissements de santé qui reçoivent des fonds fédéraux.

Biden et le gouverneur démocrate Steve Sisolak ont ​​tous deux adopté des positions plus agressives concernant les vaccins et en particulier les segments de la population qui restent non vaccinés.

DuAne Young, directeur des politiques de Sisolak, a fait appel au dévouement des employés envers le service public et au sens du devoir, qui, selon lui, devraient empêcher ce qu’il a appelé « l’insubordination ».

Les employés du Nevada Department of Corrections ont averti le conseil de santé que cette exigence pourrait entraîner des démissions massives, exacerber les pénuries de personnel et rendre impossible le fonctionnement des prisons. Depuis au moins décembre, les agents correctionnels ont prévenu qu’ils arrêteraient avant d’être forcés de se faire vacciner.

L’agent correctionnel Michael Dante a déclaré que jusqu’à 75% du personnel de la prison d’État de High Desert, dans le sud du Nevada, n’était pas vacciné.

« S’ils disent : « OK, vous n’avez plus de travail », alors 75 % de votre main-d’œuvre est partie. Ensuite, cela signifie que la Garde nationale va devoir entrer et gérer la prison. Cela va être un gâchis en soi », a-t-il déclaré.

Cette exigence intervient alors que le Nevada atteint un autre jalon de coronavirus dépassant les 400 000 cas connus de COVID-19 cette semaine depuis le début de la pandémie.

Les responsables de la santé ont signalé jeudi 1 115 nouveaux cas et 44 décès de la veille, portant le décompte du ministère de la Santé et des Services sociaux à 400 349 cas et 6 681 décès depuis mars 2020.

La positivité des tests, une mesure du nombre de personnes testées positives pour COVID-19, a diminué à 12,2% dans tout l’État après avoir atteint 16,4% à la mi-août. Le taux est resté élevé mercredi dans et autour de Reno, à 19,4%, mais a été signalé à 10,1% dans la région de Las Vegas. L’objectif de l’Organisation mondiale de la santé est de 5% ou moins pour assouplir les restrictions sur les coronavirus.

L’État a vacciné près de 60% de sa population adulte, selon les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis. Il se classe près du milieu du peloton parmi les États américains, devant son voisin l’Idaho (53,1 %) et derrière la Californie (68 %).

Au milieu des protestations contre le mandat du masque et les règles de vaccination, en particulier dans les régions rurales de l’État, le nombre quotidien de personnes se faisant vacciner a été lent après avoir culminé à plus de 25 000 personnes par jour à la mi-avril et chuté à moins de 5 000 par jour à la mi-juillet .

[ad_2]

Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*